AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Liruar remasterisé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 34

Âge : 19
Pouvoir : Visions d'avenir.
Relations : Relations d'un écureuil
Journal : Aventures d'un rongeur




MessageSujet: Liruar remasterisé.
Sam 2 Sep - 6:19
Voir le profil de l'utilisateur



Insan Liruar

Âge: 19
Sexe: M
Date de naissance: 05/01
Profession: Chapardeur vagabond
Pouvoir: Devin : Il peut voir, par visions brèves, les choses qui vont arriver ; il ne contrôle que peu son pouvoir, qui vient de manière imprévisible, et est toujours accompagné d'étourdissement et de migraines.
Onmyôji: Non
Basara: Non
Feat.: Mytho de Princesse Tutu


Caractère
Physique
Insan a un but dans la vie : ne pas s'attirer d'ennui. Discret, trouillard comme pas deux, sa méfiance naturelle et sa tendance à faire profil bas découlent en parti de ce but simple. Il n'a jamais eu l'âme d'un rebelle ; en fait, il a une capacité d'abnégation et une patience remarquable. Il s'emballe assez peu. Pas idéaliste pour un sou, il ne se jetterait jamais à la poursuite d'un but qu'il ne trouverait pas raisonnable.

C'est pourtant un garçon particulièrement gentil et dévoué. Il ne ferait pas de mal à une mouche. Il est d'une grande douceur, toujours prêt à aider ; une vie de servitude lui a donné des réflexes de dévouement excessif qui sont à la fois attendrissant, agaçant et un peu dangereux. Il s'attache facilement aux personnes qui lui porteront un peu d'attention ; il reste néanmoins farouche et méfiant envers les étrangers, surtout les humains. Franc et plein de bonne volonté, il ne rechignera jamais à aider quelqu'un.

Son principal souci reste néanmoins ce que l'on pourrait qualifier "d'instinct de collectionneur", mais que l'on nommera en général "petite cleptomanie". Tout l'attire. Les jolis formes, les couleurs. L'envie de posséder des objets à lui, mais surtout de posséder ceux des autres, le tourmente. Si au moins il piquait des choses utiles ! Mais non. Des épingles, des cailloux, des gâteau quand il est dans un bon jour. Tout ce qu'il trouve joli et intrigant, il le prend, et le garde dans une de ses multiples cachette qu'il refuse de montrer à qui que ce soit. C'est un fétichiste des petites choses inutiles, des trucs insolites, des machins qui brillent ; impossible de se stopper, malgré tous ses efforts.

Et c'est, en partie, ce qui fait de lui un aimant à ennui. S'il s'en tire en général plutôt bien grâce à sa grande capacité d'adaptation et sa méfiance naturelle, il se retrouve souvent dans des situations improbables. De plus, s'il s'est très vite habitué à sa vie de vagabond, il reste encore assez ignorant du monde extérieur et peut se montrer parfois incroyablement naïf. C'est aussi ce qui le rend facile à émerveiller. Un rien le transporte, et sa nature émotive ne l'aide pas. Il peut passer de la plus grande des tristesse à un soudain accès de joie pour une raison infime, et inversement.

Insan est, de plus, curieux de tout. Il aime apprendre, il aime explorer, il aime fouiller partout. Il a d'ailleurs la chance d'avoir reçu une légère éducation, il est capable de lire, de compter à peut-prêt, d'écrire, un peu moins... Il en est d'ailleurs très fier et il aime beaucoup en faire profiter quand l'occasion se présente. Il aime profondément apprendre et il aurait sans doute continué s'il était resté au service des humains. Mais sa nouvelle expérience de vagabond lui a donné le goût de la liberté et une plus grande conscience de ce que son statut de yokai implique. Se fondre dans une vie complètement humaine est de moins en moins envisageable pour lui. Petit yokai taquin, il aime d'ailleurs organiser de petites farces ; entre l'écureuil et l'humain, l'équilibre est parfois bancal et Insan n'hésite plus à profiter pleinement des capacités que lui offrent ses pouvoirs.


Taille : Quelle que soit sa forme, petit. Au maximum 1m55.
Poids: Entre 200g et 44kg selon son humeur.
Cheveux: Entre le gris pâle et le blanc. Incoiffables.
Yeux: Marron clair tirant au jaune, où deux petites billes noires globuleuses et humides sous sa forme animale.
Autre(s) : Insan a deux petites oreilles rondes d'écureuil sur le côté du crâne, qui remplacent ses oreilles humaines quand il n'arrive pas à complètement se transformer. Il se sert de son épaisse tignasse pour les masquer à défaut de réussir à se concentrer assez pour avoir une apparence entièrement anthropomorphe. Dans le doute, il apprécie malgré tout les chapeaux et autres bonnets. Une de ses oreille, d'ailleurs, est percée d'un très mince anneau de métal ; presque invisible sous sa forme humaine, il se remarque facilement sous forme animale, ce qui permettait à ses anciens maîtres de le repérer rapidement si jamais il tentait de s'enfuir.  Il lui arrive également, en cas de fatigue, de devoir masquer une longue queue d'écureuil dans ses vêtements et des doigts un peu plus griffus que d'habitude ; mais après tant d'année de service, il réussit en général à les masquer.

Petit, maigrichon, les cheveux grisâtres, Insan n'est pas particulièrement beau. Son corps semble de plus légèrement disproportionné sous sa forme humaine. De longues jambes, de longs bras ; à défaut d'avoir de petites pattes griffues, son corps s'adapte comme il peut pour pouvoir grimper aux arbres. Ses membres noueux, et son apparente maladresse sont trompeurs : il n'est pas si fragile qu'il en a l'air. Insan court vite, grimpe vite, et grimpe partout, d'ailleurs. De plus, il maîtrise assez bien son talent de métamorphose pour disparaître rapidement de votre champ de vision.

Il a d'ailleurs fait de la discrétion une règle de vie. Mince et vif, il est en perpétuel mouvement. Sa démarche est silencieuse et vive, saccadée. Sa connaissance des rues lui permet de disparaître au moment opportun sans trop se forcer et une fois dans un quartier connu, c'est un sacré caméléon que cet écureuil.

Il s'habille de manière simple. Il porte ce qu'il trouve, tant que cela ne le rend pas trop voyant. Un morceau de tissu, n'importe quel vieil habit abandonné qu'il rafistole lui suffit. Il marche souvent pieds nus, c'est pour lui plus facile ; de plus, trouver des chaussures en bon état est une chose rare. Jamais rien de clinquant sur le dos, trop voyant; mais les beaux tissus, les couleurs vives, les broderies claires excitent son âme de collectionneur. Ne laissez pas traîner vos foulards prêt de lui.

Malgré ce corps étrange et menu et le peu de charme de ses tenues, l'écureuil est plutôt mignon. Est-ce à cause de son sourire, communicatif, radieux, toujours plein de gentillesse ? De ces deux grands yeux naïf, aux cils épais ? De ses moues qui trahissent en permanence la moindre de ses émotions ? Son attitude franche et son enthousiasme joue pour beaucoup dans son charme discret.

Il a pourtant parfois l'air incroyablement sérieux. Ses yeux clairs s'égarent sous l'ombre de ses cils épais. Son nez, légèrement tordu suite à une mauvaise chute, se plisse, et ses lèvres ont dans ces moment une moue crispée. Ses cheveux épais et en pagaille retombent sur son front en désordre,  et son cou mince s'incline vers la terre, comme pour une prière étrange. Son regard semblent s'assombrir et si vous ne dites rien et observez sans vous faire remarquer, un léger soupir lui échappe parfois.


Histoire
Insan n'a connu, jusqu'à tard dans sa vie, que l'intérieur de palais de province, les chambres de nobles ou les maisons de riches marchands ; en gros, les demeures d'excentriques un peu fêlés qui avaient comme lubie d'avoir à leur service un yokai. A réflexion, il n'avait jamais réellement compris à quoi il pouvait bien leur servir ; à part lui demander régulièrement de changer de forme devant des invités, lui apprendre quelques tours sous sa forme d'écureuil et lui demander de menus services, sa vie était plutôt ennuyeuse. Malgré la valeur qu'un serviteur si particulier devait avoir, Insan avait changé plusieurs fois de foyer ; cadeau d'un membre de la famille à un autre, revendu, offert en cadeau diplomatique, toute excuse était bonne pour se débarrasser de l'encombrant écureuil, et pour cause ; dès ses sept ans, Insan avait commencé à piquer divers objet dans les tiroirs de ses maîtres, et ce, sans aucune raison identifiable.

C'est également l'âge où, lassé d'avoir un enfant métamorphe incontrôlable lâché dans la demeure, les réprimandes pour ses transformations impromptues se firent plus sévère. Insan, enfant par nature très actif, eut énormément de mal à apprendre à contrôler ses métamorphose, ne réussissant parfois à reprendre forme humaine qu'à demi, ce qui donnait des résultats passablement disgracieux et ne convenait guère à la vocation de jolie distraction mondaine qu'on souhaitait lui donner. L'apprentissage des règles sociales fut également une torture pour lui. Ayant appris très tard à parler, il confondait parfois des mots. Le concept de hiérarchie sociale était pour lui difficile à appréhender ; confondant un titre avec un autre, une particule avec une autre, ses maîtres prenaient souvent pour de l'irrespect ses maladresses.

Il réussit néanmoins à trouver sa place dans certaines familles ; enfant, c'est dans une famille noble de province qu'il passa trois ans de sa vie. Entre ses 8 et ses 11 ans, il se lia d'une amitié sincère avec l'enfant de la famille. Capable de bêtises assez monstrueuses, il profitaient tout deux au maximum des talents de métamorphes d'Insan pour mettre toute la demeure, et à l'occasion, le voisinage, sens dessus dessous. Il en garde toujours de bon souvenir, mais la séparation, douloureuse fut précipité par une famille qui voyait leur amitié d'un mauvais œil.

C'est à peu prêt à cette époque-là, entre ses 11 et 12 ans, que ses premières visions arrivèrent. Toujours précédées d'une odeur de fruit terriblement forte, elles le laissait faible et migraineux parfois pendant un jour entier. Evidemment, cela n'arrangeait en rien la situation pour ses maîtres. Et si Insan commençait doucement à intégrer les obligations sociales, il fallait bien admettre qu'il était loin d'être le serviteur parfait.

Il apprit néanmoins, au fur et à mesure, à faire profil bas. A profiter du moindre instant de liberté. A mieux cacher ses trouvailles. Il se lia même avec certaines familles, au point, une fois, de tomber amoureux, une fois. Il resta d'ailleurs assez longtemps chez la famille, profitant de chaque instant avec premier amour aussi longtemps que possible.

Durant ses années de service, il avait eu à peu prêt tous les rôles et tous les travaux qu'on pouvait imaginer. Quand on l'avait pris à la famille de son aimé, Insan avait passé une année incroyablement morne. Il changea de famille, encore ; une fois, deux fois, chose rare en si peu d'année. Son dernier propriétaire décida, le jour des 16 ans de l'écureuil, de l'offrir à son cousin, un riche excentrique de la capitale. Si ses sautes d'humeur et ses lubies étranges rebutèrent un peu Insan au premier abord, une affection profonde finit par les lier. Ce fut certainement son plus grand amour à ce jour. Il lui laissait beaucoup de liberté ; ne supportant pas l'ignorance, il lui apprit à lire, à compter, à écrire -bien que dans ce domaine Insan soit plus que médiocre. C'est avec lui qu'Insan vit le plus de chose. Il avait la permission de sortir seul ; il avait le droit de se promener, régulièrement. Tant qu'il ne volait rien d'important, il n'en subissait pas les conséquences ; mais durant ses années, sa tendance au chapardage s'était nettement améliorée. Et plus que tout, l'homme, Kaelis de son nom, lui laissa choisir son nom. Au fil des années, il en avait souvent changé selon le bon vouloir de ses maîtres. Il hésita un long moment, mais son choix fut simple : il voulait le nom le plus dur à prononcer possible. Insan Liruar fut ce qui lui plu le plus, dans cet optique. Un nom complet, sans aucun sens, incompréhensible. Que ce soit par humour ou par revanche suite à tous les noms qu'il avait porté, Insan porte encore maintenant ce nom avec fierté.
Et durant trois ans, Insan fut heureux.

Quand la guerre les toucha, il attendit. Son maître, parti tôt un matin, ne revint pas. Ce n'est que quand les attaques s'étendirent dans la ville et que les destructions se firent plus importante qu'il fut forcé de fuir. Pendant encore un mois, il rôda dans le quartier dans l'espoir d'obtenir une information sur le sort de son maître ; mais rien ne vint, et Insan dut activement s'occuper de sa survie pour tenir le coup durant la période de pénurie qui suivit la guerre. Ce n'est que bien après, et une fois résigné, qu'Insan eut la confirmation de sa mort.

Encore ignorant de beaucoup d'aspect de la vie extérieure, Insan vagabonde beaucoup, explore, survit comme il peut. Il s'est remarquablement adapté à cette vie et apprécie de plus en plus sa liberté. Si le deuil se fait encore sentir par moment, Insan n'a pas perdu son envie de vivre et sa liberté toute neuve le motive à aller de l'avant. Un de ses nouveaux but ? Rencontrer ses semblables et tenter de comprendre, petit à petit, ce qu'il est.

Name: Appelez-moi papi.
Âge: Trop vieux, trop vieux.
Comment avez-vous connu Yume? J'ai oublié.
Remarques?
Senbonzakura: Code validé ♪



Revenir en haut Aller en bas
 

Liruar remasterisé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Film] Sortie du film 18 et des films remasterisés
» The Loudness war
» Inédits de Patlabor sur Mangas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Kuni :: Présentations :: Registres Yôkai :: Validés-