AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 17
Âge : 26
Artisan




MessageSujet: Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami
Lun 10 Avr - 2:06
Voir le profil de l'utilisateur



Iwasaki Kotoha

Âge: 26 ans
Sexe: Féminin
Date de naissance: 12 Août 1644
Profession: Artisane Chiyogami (et servante à la recherche d’emploi)
Feat.: OC


Caractère
Physique
Quatorze années de servitude ont façonné ses habitudes de vie et de pensée.

Son séjour dans un okiya lui a appris à être discrète et silencieuse mais n’a qu’exalté son intérêt pour les belles choses –kimono aux motifs complexes, mobilier de bonne facture, visage maquillés, ambiance feutrée d’une cérémonie du thé... Toutefois, cela reste seulement de la curiosité. L’idée même de posséder un objet de valeur lui parait… improbable. Et dangereux.
De même, elle conserve en toutes circonstances un air composé et soumis, attentive aux attentes que les autres ont d’elle ; serviable dira-t-on. Mais c’est là sans doute ce qui lui a valu tant de difficultés à s’intégrer dans la société après avoir quitté l’okiya, voire peut être son échec à devenir une geisha.

Cependant elle n’est pas que fragilité.
Kotoha a dû tenir sous les critiques incessantes de Mère et des Grandes Sœurs sans jamais perdre la chaleur de ses souvenirs d’enfance. On pourrait la traiter de naïve comme on pourrait la qualifier de tenace, d’obstinée ou encore d’optimiste. Quoiqu’il en soit les brimades n’ont suffi à l’aigrir et elle conserve la douceur de son père et sa légendaire patience.
 
Si Kotoha sait se comporter avec les « maîtres », elle ne sait généralement pas comment agir face à un geste amical ; cela la déconcertera sans doute. Et perturbera son état d’esprit calme pour devenir celui d’un poisson rouge.
Alors si l’on doit parler d’amour, autant dire qu’il s’agit d’un cas désespéré –même si elle n’a pu devenir une geisha, ni même une réelle maiko, elle a adopté leur état d’esprit vis-à-vis des relations amoureuses.
Aussi ne prête-t-elle aucunement attention aux murmures sur son statut de vieille fille.

Et petite note à l’attention de qui essayerait de la corrompre : tentez les haricots rouges. On ne pourrait qualifier de gloutonnerie ce qui est bien plutôt chez elle boulimie obsessionnelle incoercible…

Taille : 1,59m
Poids: 47 kg
Cheveux: Noir
Yeux: Noirs

Kotoha est très soucieuse de son apparence, non pas pour plaire mais pour ne pas se faire remarquer au contraire. Ainsi, même pendant son travail, elle veillera à conserver ses vêtements impeccables et ses cheveux, décemment attachés ; il n’y a dans sa tenue rien de bien complexe. Juste une simplicité propre. Enfin, malgré son attention, il n’est pas rare d’apercevoir un morceau de papier ou un fil flottant dans sa chevelure de jais.

Que dire… ?
C’est une jeune femme modeste. Elle n’a aucune déformation remarquable. Et n’a aucun attrait particulier. Certes ses grands yeux noirs auraient pu être un atout si elle ne gardait pas ses paupières mi-closes et ne fuyait pas le regard des autres, les observant derrière l’ombre rassurante de ses longs cils. Ils avaient fait le bonheur fugace de la Mère de l’okiya où elle avait été vendue après tout.

Mais s’il y a une chose qui puisse attirer l’attention sur cette jeune femme si quelconque, il s’agit de ses mains assurément. De petites paumes aux longs doigts fins et délicats déjà marqués par les cals et les brûlures du papier, à la peau diaphane et aux longs ongles parfaitement taillés. Les voir attraper un morceau de washi puis le plier sans un bruit est, d’une certaine façon, fascinant. Il y a dans ces gestes une grâce et une beauté que le corps ne possède pas –ce qui est d’autant plus étrange.


Histoire
"Cher Père,

Je me souviens encore du bruissement sous vos doigts pliant avec une délicatesse presque féminine le washi, ou encore votre soupir fatigué mais satisfait à la réussite d’un modelé ardu. Pour chaque lanterne, pour chaque noshi ou encore chaque gohei que j’avais eu l’occasion de voir au détour d’une sortie en ville, j’avais une pensée pour vous. Je m’éveille chaque matin entourée de grues et de petites grenouilles, avant que la brume du sommeil ne se dissipe tout à fait.

Le froissement du papier est une douce mélodie qui a su bercer mes nuits pendant ces quatorze années.

Je me rappelle de notre petit atelier dans le quartier Barabara, fragile et modeste mais qui emplissait votre cœur d’une fierté pleine de joie. Nos couches qui jouxtaient l’autel de Mère, et toutes ces boîtes colorées qui s’empilaient jusqu’au plafond, menaçant de frapper nos têtes au moindre caprice du vent. Et puis cette table basse pleine de traces de coupe de saké. L’oncle Yuji passait souvent vous voir pour ne pas boire seul et avoir une oreille attentive à ses plaintes. Le fait-il encore ?
Je me rappelle aussi de ces visages qui passaient dans la boutique, l’air anxieux de ne pouvoir chasser la maladie sans anesama-nigyô puisque les frais d’un docteur leur était encore plus inaccessible. Ils repartaient souvent avec le sourire, parfois avec un soupir, quelques fois avec des larmes tremblantes.
Et je me rappelle de ces étranges animaux que vous adoriez confectionner et qui peuplaient l’atelier comme autant de gardiens bienveillants. C’étaient mes compagnons de jeux, le saviez-vous ?

Je me demande si ces souvenirs vous sont aussi vivaces que les miens, ou si tout a changé au point que vous ayez oublié ces détails. Après tout… Quatorze années sont passées depuis ces souvenirs. Cela peut sembler beaucoup mais j’aime à croire qu’il ne s’agit que d’une poignée de temps qu’un regard aura vite comblé.

Je n’avais jamais trouvé le courage de vous écrire à ce propos aussi maintenant que je l’ai trouvé, je me sens le besoin de tout vous confier ici, avant de vous le rapporter de vive voix lorsque nous nous reverrons.

J’ai échoué, cher Père.
J’avais neuf ans lorsque vous m’aviez confié à l’Okiya et quelques mois de plus, lorsque je me suis rendue compte que jamais je ne deviendrai une de ces geisha. Mère avait cessé à cette époque de me dispenser des cours avec les autres shikomiko pour que je m’attèle entièrement au remboursement de ma dette. Il n’y a pas vraiment grand-chose d’autre à vous dire de plus, sinon vous confier mes espoirs.

Maintenant que ma dette a été honorée, j’espère vous retrouver dans ce petit atelier, et que nous pourrons à nouveau plier ensemble.

Kotoha."
 - Lettre de Kotoha à son Père, janvier 1667.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

"Cher oncle Yuji,

J’espère que ce message vous trouvera en bonne santé.
J’ai pu obtenir votre adresse par le biais d’une de vos connaissances, mais ne pouvant de suite vous rendre visite en personne, je me permets de vous contacter par la présente lettre. J’ai la crainte que mon prénom ne vous évoque plus qu’un vague souvenir. Toutefois j’ai foi à ce que mon nom réveille une chaleur amicale.
Je suis la fille d’Iwasaki Shinichi.

En me rendant dans le quartier où nous vivions avec mon père, j’ai appris que malheureusement l’atelier avait été victime d’un incendie. Il s’agissait de mon seul indice pour retrouver mon père dont les résidents de Barabara ne semblent jamais avoir entendu parler. Quatorze ans… Est-ce si long ?

Je garde espoir qu’il ait pu s’en sortir sans trop de mal et me tourne désormais vers vous afin d’obtenir une nouvelle piste qui me mènera vers lui. Vous pouvez remettre une réponse au coursier –autrement je vous rencontrerai dans un mois, cher oncle.

Je m’en remets à vos souvenirs et votre bienveillance,
Iwasaki Kotoha."
- Lettre de Kotoha à Yuji, août 1667.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

"Maître,

La commande a bien été délivrée et votre client vous communique sa vive satisfaction. Votre apprentie est actuellement sur le chemin du retour, mais conformément à votre demande, je retarderai mon arrivée pour ramener le washi de Sapporo.

Portez-vous bien Maître,
Votre apprentie."
- Lettre de Kotoha à son maître, juin 1669.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

"Cher Maître,

Comment vous portez-vous ? J’espère que votre toux ne s’est aggravée depuis notre dernière rencontre et que le temps de Kyôto vous est clément.

Concernant la boutique d’Edo, les clients s’étonnent encore de votre absence. Si la plupart ont accepté les explications avec un sourire bienveillant, certains ont tourné les yeux vers d’autres maîtres, ne pouvant se fier à une simple apprentie si peu expérimentée… Malgré vos dires, j’entretiens encore de vifs doutes quant à ma capacité à vous remplacer ici. Il me reste encore tant à apprendre : trois ans suffisent-ils à faire d’une servante une artisane ?

Enfin pardonnez les divagations de votre apprentie. Au lieu de me plaindre je devrais m’atteler à la préparation des autres commandes…

J’espère vous revoir bientôt Maître !
Votre apprentie. "
- Lettre de Kotoha à son maître, décembre 1670.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

"Cher Oncle Yuji,

Votre missive m’est enfin parvenue et a su emplir mon cœur de joie ! Je n’arriverai à communiquer toute ma joie à l’écrit, les mots me manquent… J’avais craint que l’incendie en ville ne vous ai eu, cet été d’il y a quatre ans. Par quel miracle avez-vous trouvé cette lettre ? Il nous faut nous rencontrer cher Oncle, il a tant à échanger.
Comment se porte votre famille et votre commerce d’alcool ? Veuillez transmettre mes salutations à vos proches, en attendant de le faire de vive voix.

De mon côté, j’ai appris l’art de mon père afin de préparer nos retrouvailles ; je rêve sans cesse de ce petit atelier où nous pourrions plier le papier, nos sessions interrompues par votre visite et votre saké. Enfin il me faut auparavant obtenir l’approbation de mon Maître…
Je suis en ce moment à Edo, en bordure d’Amadare, où se trouve la boutique de Maître Hideyoshi. N’hésitez pas à y délivrer vos lettres au besoin.

En me remettant à votre bienveillance,
Kotoha.

(Pardonnez le désordre de mon propos, mon oncle, je suis si heureuse !"
- Lettre de Kotoha à Yuji, février 1671.



Name: RaisinDeLoup aka Alrun
Âge: 21
Comment avez-vous connu Yume? Via le top site du top site de je ne sais plus quel forum
Remarques? Cela fait un bout de temps que je voulais jouer sur un forum au contexte japonais donc… JE SUIS IMPATIIIIIENTE ♥
Oh et je ne suis pas une grande adepte des pavés donc j’espère que mes réponses conviendront quand même  komaru
Senbonzakura: Froidement validé ~



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soldat




MessageSujet: Re: Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami
Lun 10 Avr - 10:24
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue parmi nous ! /o/


it's a long time coming;
home at last
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 78

Âge : 18




MessageSujet: Re: Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami
Lun 10 Avr - 11:08
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue \o
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 251
Dieu
Âge : Des milliers d'années.
Pouvoir : Je dirige le monde.
Kamisama




MessageSujet: Re: Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami
Lun 10 Avr - 13:28
Voir le profil de l'utilisateur




Validation

Encore bienvenue, Kotoha, tu es validée!
Ta fiche est simple mais très belle, elle se suffit à elle-même; beaucoup de recherches ont été faites et nous le saluons chaleureusement. Tes correspondances donnent d'autant plus de vivant à ton personnage, et tu as d'autant mieux expliqué les difficultés de sa vie. Attention, les femmes sont mal vues lorsqu'elles travaillent, mais je suis sûr qu'avec un travail reconnu elle saura surmonter tout cela. Nous souhaitons un bon courage à la vie de ton personnage !

Comme tu as reçu ta couleur et ton rang, tu peux directement aller faire une demande de kit, logement ou RP. Les sections Journal et Relations te sont également ouvertes.

N'oublie pas de faire recenser ton avatar  Ici.

La partie Station Kaeru te propose de faire des RPGs de 500 mots maximum, mais tu ne pourras accéder à certaines zones RPG qu'avec un minimum de pétales. Pour tout ce qui est infos pratiques, tu les trouveras dans la section aide! En la consultant, cela t'évitera des soucis de compréhension et tu t'habitueras petit à petit aux zones du forum.

N'hésite pas à saluer les nouveaux venus, cela fait toujours plaisir. Ici, tu pourras discuter avec d'autres membres en dehors des aventures que vous ferez.

Pour toute question, que ce soit au niveau du développement de tes RPs que pour le codage, n'hésite pas à faire appel à ton parrain et au Staff : ils sont là pour ça!

Sinon, nous espérons que tu t'amuseras bien parmi nous et que tu t'y plairas!

Bon jeu!




© Yumeguni


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami

Revenir en haut Aller en bas
 

Iwasaki Kotoha - Artisane Chiyogami

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Mission de rang S] La ville fantôme (PV: Iwasaki Nami)
» La nécessité de s'entraîner [PV Iwasaki Nami]
» La Team Ji'nei (Iwasaki Nami ; Saama Zenko ; Hiroshi Kaze)
» Auriez-vous un Bandeau en Stock ? C’est pour mon Chien… [ft. Iwasaki Nami & Shiranui]
» L'Aube d'Or [ft. Iwasaki Nami]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Kuni :: Présentations :: Registres Humains :: Validés-